Objectif: Le bilan physiologique Upside Strength vise à (1) établir le profile physiologique actuel de l’athlète en mettant en avant ses forces et ses faiblesses, (2) définir des priorités d’entraînement et (3) quantifier les adaptations et les progrès engendrés par le programme lors de bilans à venir.

Profilage avec Clink Kohl, Athlète de CrossFit

Déroulement: Le bilan Physiologique se compose de 4 étapes principales:

  1. Questionnaire d’entraînement rempli dans les jours qui précèdent le test. Les informations collectées aident à interpréter les données du test et à informer les recommandations d’entraînement.
  2. Un test de spirométrie qui mesure la capacité pulmonaire et la puissance expiratoire de l’athlète. 
  3. Un test intermittent incremental (format 4-1 ou 5-1 selon la discipline et les besoins) qui commence à basse intensité et se termine lorsque l’athlète ne peut plus maintenir la puissance/vitesse indiquée. On mesure entre autre la respiration pendant l’effort (VO2 Master), la fréquence cardiaque, la HRV, l’oxymétrie musculaire (Moxy Monitor), le SpO2 et la perception d’effort (RPE).
  4. La remise du rapport complet se fait quelques jours après le test. Une explication détaillée est fournie afin de donner à l’athlète (et/ou au coach) toutes les clés pour réussir.

Questionnaire d’entraînement

Il est important de connaître le contexte dans lequel se trouve l’athlète avant d’effectuer le test.

Avoir une bonne vue d’ensemble du programme d’entraînement actuel et des besoins de l’athlète permet d’interpréter les résultats du test de manière ciblée et de donner un cadre cohérent aux recommandations qui seront proposées.

Le questionnaire demande à l’athlète de détailler son/ses objectifs de compétition, sa fréquence d’entraînement actuelle et les volumes et les intensités des différents types de séances effectuées chaque semaine (cardio, intervalles, renforcement, récupération, etc…). Ces informations sont collectées au travers d’un formulaire en ligne.

Le jour du test de profilage

La séance de test dure environ entre 90 et 110 minutes au total. 

On débute par un test de spirometrie afin de déterminer la capacité pulmonaire de l’athlète. Ces paramètres aident également à interpréter les données ventilatoires du test incrémental.

Une fois la spirométrie effectuée il est temps de calibrer le test.

Calibrer le test de profilage physiologique 

Le calibrage permet de garantir que les intensités choisies correspondent aux capacités de l’athlète et que suffisamment de données seront collectées durant le test pour permettre une analyse optimale.

Pour les testes à vélo, le calibrage se base en général sur cette table:

Exemples de Calibrage:

  • Crossfitter (H) niveau Games (Team), 88kg = Début à 150w, +25w par palier, échec à la fin du palier de 375w (#10)
  • Crossfiteuse (F) niveau moyen, 70kg = Début à 50w, +15w par palier, échec à la fin du palier de 185w (#10)
  • Coureur niveau débutant = Début à 5km/h, + 1km/h par palier, échec à 14 km/h (#10)
  • Coureur niveau élite = Début à 10 km/h, +1 km/h par palier, échec à 19 km/h (#10)

Une conversation avec l’athlète est très souvent utile (et souvent même nécessaire) pour déterminer la calibration optimale du test.

Une fois le calibrage déterminé, il est temps d’installer le matériel avant de débuter le test. 

Mise en place de l’équipement pour le bilan physiologique

Il m’est maintient temps de placer les capteurs Moxy Monitor, la ceinture pour mesurer la fréquence cardiaque et de régler le masque (VO2 Master) à la bonne taille.

Le placement des capteurs Moxy Monitor  peut être adapté selon les besoins spécifiques et selon le nombre de capteurs disponibles. Cependant, les placements standards sont les suivants:

Vélo: Vaste Externe (Moteur) et Deltoid Externe (Non-Impliqué)

Course à Pied: Droit Fémoral (Moteur) et Avant Bras (Non-Impliqué)

Emplacement des Capteurs Moxy Monitor

Une fois les différents capteurs placés le test peut débuter.

Test intermittent par paliers

Le but du test intermittent par palier est d’observer les réactions physiologiques de l’athlète sur un spectre d’intensités larges afin de (1) définir ses seuils physiologiques (et donc d’établir ses zones d’entraînement individuelles) et de (2) définir des priorités d’entraînement selon le profile observé.

Format du test de profilage

Le test de profilage standard prend le format “4-1” c’est à dire que chaque palier est composé d’un intervalle de travail de 4 minutes suivi d’une minute de repos (passif). On augmente la puissance (en vélo, rameur, etc…) ou la vitesse (en course à pied) à chaque palier.

La durée de 4 minutes des intervalles de travail permet de donner le temps aux systèmes d’apport et d’utilisation de l’oxygène de s’équilibrer (environ 90 à 120 secondes après de le début de l’effort) puis d’observer un “état stable” durant les deux dernières minutes de l’intervalle. 

Pour les athlètes qui se préparent pour des temps d’efforts très longs (ex: triathlon Ironman), un test au format “5-1” peut être utilisé également. 

La minute de repos permet d’observer la récupération cardiaque (BPM “récupérés” en 60 secondes) ainsi que la récupération de l’oxymétrie musculaire (à l’aide du Moxy Monitor)

Combien de temps dure le test d’effort (profilage physiologique)?

Le test dure en général entre 45 et 55 minutes. Le but est donc d’avoir entre 9 et 11 intervalles de travail effectués par l’athlète avant d’atteindre l’échec. Cela permet d’avoir un spectre d’intensités suffisamment large pour analyser les différentes réponses physiologiques et déterminer les points d’inflexions importants (seuils physiologiques) afin de déterminer les zones d’entraînement individuelles de l’athlète.

Kevin pendant un test de profilage physiologique

Pourquoi est-il important de déterminer les seuils et les zones d’entraînement?

Les seuils physiologiques représentent des zones de transition entre différents domaines d’intensité. Chaque domaine d’intensité engendre une réponse physiologique unique, réponse qui est liée à différentes adaptations centrales et périphériques (voir fiche annexe).

ADAPTATIONS

Afin d’optimiser les adaptations engendrées par les entraînements futures, il est important que les intensités d’entraînement soient distribuées de manière appropriée pour l’athlète et la modalité testée.

Qu’est-ce que la VO2max ?

La VO2max (ou consommation maximale d’oxygène) est une mesure de la capacité intégrée maximale de votre corps à extraire, transporter et utiliser l’oxygène pendant un effort physique. La VOmax est généralement exprimée en mL/min (millilitres d’oxygène par minute) ou en mL/kg/min (millilitres d’oxygène par kilo de poids corporel par minute).

La VO2max est positivement corrélée à la fois à la santé et à la performance, ce qui en fait une donnée importante à mesurer et à comprendre.

Pour les individus actifs, des valeurs de VO2max de 40 à 50 (hommes) et 30 à 40 (femmes) mL/kg/min sont communes.

Pour les personnes sédentaires, les valeurs se situent généralement entre 35 et 40 ml/kg/min pour les hommes et 25-30 ml/kg/min pour les femmes.

Les athlètes d’endurance de haut niveau peuvent afficher des valeurs de VO2max supérieures à 85 ml/kg/min pour les hommes et 75 ml/kg/min pour les femmes.

Plus votre VO2max est élevé, plus votre potentiel de performance est élevé. Voyons maintenant les différentes manières de le tester et que faire des informations collectées.

Devriez-vous être en forme avant de faire un test de VO2max ?

Beaucoup de gens pensent qu’ils doivent se mettre en forme avant d’effectuer leur premier test. Malheureusement, cela ne fera que retarder les progrès puisque l’entraînement effectué entre-temps ne sera pas basé sur des données objectives permettant de quantifier et qualifier l’état et les besoins de l’athlète.

Pour toute personne souhaitant être compétitive dans sa discipline ou toute personne se préparant pour une course ou un événement à venir, il est important de faire un test afin d’avoir une base de référence à partir de laquelle travailler et mesurer ses progrès.

Nico passe un test de profilage avec mesure de sa VO2max

Le Moxy Monitor, c’est quoi?

Le Moxy Monitor utilise la spectroscopie proche infrarouge (NIRS) pour mesurer les niveaux d’oxygène dans le muscle. L’hémoglobine est la molécule des globules rouges qui transporte l’oxygène; il change de couleur selon qu’il transporte de l’oxygène ou non. 

Le Moxy génère une lumière qui se déplace de l’émetteur à travers la peau pour interagir avec le muscle. Après cela, la lumière est renvoyée vers les détecteurs dans le capteur. L’algorithme Moxy utilise les informations de la lumière frappant les détecteurs pour déterminer la saturation musculaire en oxygène. 

Les termes saturation musculaire en oxygène, oxygénation musculaire et oxygène musculaire et leur abréviation, “SmO2” sont utilisés de manière interchangeable. 

SmO2 est le pourcentage d’hémoglobine dans les capillaires du muscle qui transporte de l’oxygène. Cette valeur est donnée entre 0 et 100%. 

L’hémoglobine totale, abrégée “THb”, est une mesure relative de la quantité d’hémoglobine dans le chemin optique du capteur. Elle nous donne un proxy pour le volume sanguin.

Moxy Monitor
Le Moxy Monitor permet de mesurer en temps réel des données physiologiques réservées jusqu’à récemment aux laboratoires de recherche.

Le Moxy Monitor peut être placé sur un muscle locomoteur, donnant ainsi des données sur ce qui se passe au niveau local. Un Moxy positionné sur un muscle non impliqué (deltoid pendant du vélo par exemple) donne un aperçu de ce qui se passe au niveau systémique. On peut également le placer sur les muscles intercostaux pour évaluer le fonctionnement des muscles respiratoires (et notamment déterminer la présence d’un reflex métabolique respiratoire). 

Plus on a de Moxy, plus on a d’informations sur ce qui se passe dans le corps en temps réel.

Au delà des protocoles de profilage décrits sur cette page, le Moxy Monitor peut également être utilisé en réathlétisation, en autorégulation d’entraînements (sprints, intervalles, force, hypertrophie, etc…), ou même pour amener des précision au niveau de la technique d’exécution de certains mouvements.

Rapport de test

Dans la semaine qui suit le test, le rapport complet (6 pages) est remis à l’athlète et une séance Zoom est organisée pour passer en revue les résultats et les recommandations d’entraînement.

Le rapport contient les informations suivantes:

  • vue d’ensemble du test et des résultats importants (VO2max, FCmax, dernier palier du test, développement relatif des différents systèmes Physiologiques analysés)
  • Analyse détaillé du système respiratoire notamment la structure (spirometrie) et la fonction (ventilation durant l’effort via le VO2 Master)
  • Analyse détaillée du système cardiovasculaire 
  • Analyse détaillée du système musculaire/métabolique (via les données collectées avec le Moxy Monitor)
  • Détail des seuils physiologiques, des domaines d’intensité et des zones d’entraînement propres à l’athlète sur la modalité testée
  • Recommandations d’entraînement selon l’historique d’entraînement de l’athlète et son profile établi durant le test

Protocoles personnalisés

Des protocoles spécifiques et différents du format habituel peuvent être développés et mis en application dans certains cas particuliers. Ceux-ci engendrent un coût supplémentaire.

Ces protocoles spécifiques peuvent également être mis en œuvre sur le terrain afin de collecter les données les plus pertinentes possibles selon les besoins de l’athlète ou du coach.

Ressources pour le profilage physiologique

Liste des ressources pour les intéressés/participants

Réserver une séance de profilage physiologique

Avant de réserver ta séance de profilage, tu peux si tu le souhaite booker une séance de consultation gratuite pour discuter des détails.